Art urbain – Christian Boltanski

35 ans après sa première exposition au centre Georges Pompidou, Christian Boltanski revient avec sa nouvelle présentation : « Faire son temps ». En effet, l’artiste a conceptualisé et mis en place lui-même ce parcours initiatique de ses oeuvres, qui montre les étapes et les métamorphoses de ses pensées.Christian Boltanski est un artiste contemporain français né en 1944 à Paris. Ayant des origines juives provenant de son père, il dénonce notamment l’antisémitisme dans ses productions. Boltanski est polyvalent : photographe, sculpteur et cinéaste, il est avant tout célèbre pour ses installations. Il se définit lui-même comme peintre, alors qu’il a, depuis longtemps, abandonné ce support. Artiste de renom, il fut décoré de la Chevalier de la Légion d’honneur pour ses activités artistiques en 2006.Après des expositions à Shanghai, Tokyo ou encore Jérusalem ces dernières années, l’artiste revient avec un parcours historique et à la fois un projet d’art totalement inédit, qui réunit différentes techniques: la photographie, la vidéo ou encore l’installation à proprement parlé.L’artiste aborde la vie humaine dans l’Histoire et dans le temps, à travers les notions de perte et de mémoire. Ces thèmes l’ont mené plus récemment à des réflexions sur le destin, comme dans « Personnes » (Monumenta, 2010), « Chance » (Biennale de Venise, 2011), ou encore « Les archives du coeur », une collecte de battements de coeurs sur l’île de Teshima au Japon. Son oeuvre est avant tout émotionnelle, autant qu’elle est immatérielle et temporaire. Boltanski essaye, à travers ce parcours, de nous faire rentrer dans l’oeuvre de sa vie.Ses oeuvres interrogent la mémoire de notre temps: en effet, l’exposition a été conçue sur place et sera « détruite » dès lors que celle-ci fermera ses portes, ce lundi 16 mars 2020. On peut décrire celle-ci de « passagère », comme pour relater notre trace sur la Terre. Une oeuvre sensible et poétique, en même temps macabre, qui nous invite à explorer la beauté de la mort et la nécessité du souvenir.

Leave a Comment