Rappeur Story – Kaaris

Kaaris, connu pour avoir participé à la popularisation de la trap avec de nombreux artistes (MHD, Gradur…), pour avoir mis la lumière sur Sevran ainsi que pour ses rixes avec Booba , est devenu une figure emblématique du rap en France. 

De son vrai nom Gnakouri Armand Okou, il née le 30 janvier 1980 à Cocody (Abidjan,Côte d’Ivoire). Deux mois après sa naissance, son père décède, il ne l’aura jamais connu. Kaaris a alors 3 ans lorsque sa mère décide de déménager en France avec ses 7 enfants. C’est à  9 ans qu’il emménage à côté de la gare de Sevran pendant 5 ans, avant d’être expulsé par les huissier. Il s’installe par la suite dans le quartier Rougemont. À sa majorité, il obtient son baccalauréat STT (Sciences et Techniques Tertaires).

Il n’est pas devenu celui qu’il est aujourd’hui d’un coup, l’ascension a été assez longue.

En effet il fait ses débuts dans le rap en 1999 sous le nom de Fresh.

Par la suite, il participe à de nombreuses compilations avec le collectif Niroshima. 

Le morceau « Quand j’étais gosse », sorti en 2000, montre que le style qu’avait Kaaris à l’époque était bien plus old school. On ressent qu’il a été bercé par la culture Hip-Hop sous toutes ses formes. 

En 2003, alors que le rap ne décolle pas pour lui, il décide de revenir à ses racines, dans son pays natal: la Côte D’Ivoire. Seulement dès lors qu’il arrive, la guerre éclate. Comme il le dit dans une interview chez Clique en 2014 : « La guerre et la banlieue c’est pas pareil, là c’est la réalité ». 

C’est à cause de cette réalité qu’il souhaite revenir en France. Pour se faire rapatrier, il décide d’aller jusqu’à l’aéroport et croise des militaires français qui lui disent d’aller au 43e d’IMA (43 ème bataillon d‘infanterie marine) où il attendra plus d’une dizaine de jours avant d’être rapatrié. Suite à ces événements Kaaris reprend le rap et sort en 2007 un mini-album intitulé 43e BIMA, en référence à ce qu’il à vécu en 2003. 

Cet album pourtant assez qualitatif rentrait dans le style de l’époque et pourtant, il ne rencontra pas de succès. Il est toujours disponible sur YouTube.

23min05 9.Bouana

9min 10 4. Mets moi Prem’s

En 2009,e ls choses commence à bouger, il s’associe avec plusieurs collectifs de beatmakers et notamment Galactik Beat, qui feront de lui la tête d’affiche de leur compilation sortie en 2010.

C’est grâce à eux qu’il côtoya des MCs reconnus comme Brasco, Nubi, ou encore Despo Rutti avec qui il a fait un feat sur la compile en question.   

En 2011 ça s’accélère pour le Sevranais lorsque le rappeur Booba l’invite à participer à sa mixtape « Autopsie 4 », un projet qui met en avant les artistes en manque d’exposition. On y retrouve notamment Shay (Cruella ft. Booba)  ou encore Niro (Fenwick). Aujourd’hui, la mixtape n’est plus disponible sur les plateformes de streaming suite à quelques conflits avec celles-ci, mais tout est accessible sur Youtube. 

Sans perdre de temps, Kaaris sort sa mixtape « Z.E.R.O » (2012) très bien reçu par la critique. 

La même année, c’est le morceau « Kalash » composé par 2031 et en featuring avec Booba qui sera le « détonateur » de sa carrière, comme il le dit. 

Dans ce morceau, Kaaris sort des punchlines qui deviendront des classiques, au même titre que le morceau en lui même :  « Elle pense que j’suis en train d’la doigter (hum hum)

J’lui mets mon gros doigt d’pied ».

La machine est lancée. 18 mois après avoir sorti un des meilleurs titres de la décennie, Kaaris sort son premier album: Or noir. Ce projet met la barre très haute dans la carrière du rappeur . Pour annoncer la sortie de celui-ci, il sort « Zoo » : une collaboration avec Therapy (comme l’intégralité de l’album) qui annonce très vite la couleur de cet album sanglant. 

En effet cet album classer comme un classique aujourd’hui à donner lieu quelques impacts.

Le clip de ce dernier est entièrement tourné à Sevran, dans son quartier Rougemont, comme la majorité de ces clips à l’époque. Le rappeur est affilié à sa ville, et avec le succès de ce premier album (Or noir s’écoule à 19 000 exemplaires la première semaine et aujourd’hui disque de platine), il apporte en peu de temps une lumière commerciale à Sevran. 

Plusieurs artistes de Sevran confirme que ce titre est légitime à Kaaris comme Da Uzi, qui, sur un live, dit à Mehdi Maizi : « Ça à ramener une lumière qu’il y avait pas avant, faut pas mentir ». 

En plus d’avoir commencer cette vague de rappeur populaire Sevranais qui à ensuite suivi comme Maes, Benab ou encore Kalash Criminel, cet album fait découvrir un nouveau style à un grand nombre de personnes.

Un album 100% trap qui à participé à popularisé ce style en France, qui commençait à prendre du terrai à cette époque, qui est aujourd’hui un style majoritaire des albums de rap français.

La même année que la sortie de ce premier album commence le début des problèmes avec Booba. 

En effet ce n’est qu’en 2015 que Booba expliquera la naissance du problème  : « Quand j’étais en clash avec Rohff et La Fouine, Kaaris n’est pas intervenu. Nous avons organisé une interview pour qu’il marque son soutien mais il flippait. Ce mec je l’ai fait, je l’ai modelé, mais il a refusé de se mouiller »

Kaaris à par la suite répondu : “Lors de son clash avec La Fouine et Rohff, il souhaitait à tout prix que je lui apporte une marque de soutien dans une interview vidéo. J’ai accepté de faire cette vidéo. Dedans, je disais : “Booba m’a donné de la force, je suis avec lui dans les épreuves.”. Mais j’avais demandé à Chris Macari à la visualiser avant qu’elle soit publiée. Macari me répondait : “Non, ne te prends pas la tête.” J’ai insisté. Au final, la vidéo était une succession de montages. A la séquence vidéo où je disais du bien de Booba succédait une autre où l’on me voyait avec une kalash à la main et La Fouine en train de courir. J’ai donc refusé qu’elle sorte et Booba m’en a voulu” »

Ensuite s’en ai suivi un clash sans fin avec des piques sur les réseaux sociaux, des vidéos de menaces et bien sur à la bagarre du 1er août 2018 à Orly qui à entrainer une fermeture temporaire du Hall 1. Un événement qui redonne de la visibilité à Kaaris. En effet cette rixes à été traité sur tous les médias français. 

« Réussite » de Kaaris (2020) est un titre qui résume tout son parcours et il s’exprime sur Booba  : « Il s’organise pour que je clash des mecs que j’connais pas

Allez tous vous faire enculer, c’est vous qui m’connaissez pas

« On t’a donné d’la ce-for : si tu dis non, pour toi c’est mort » » 

De 2014 à 2016, le rappeur ne chôme pas.

Il sort Or noir part.2 (2014) une version augmentée de onze morceaux toute aussi qualitative que l’originale. Un an plus tard, il revient avec un deuxième album, Le Bruit de mon âme, où il fera un morceau en featuring avec Future sur « Crystal ». Bien que très convaincant, le projet se vend moins que le premier. La même année, il dévoile également la mixtape Double Fuck. 

En 2016 Kaaris sort son 3ème album intitulé « Okou Gnakouri », son nom à l’état civil. 

Cet album connait un franc succès commercial (en janvier 2017, l’album devient disque de platine en passant le cap des 100 000 ventes), mais commence à décevoir les fans de la première heure qui ne le reconnaisse plus notamment sur des titres très mainstream comme « Tchoin ».

Un an plus tard sort l’album « Dozo » qui reçoit le même traitement que le précédent, grosse vente mais déception de certains.  

Puis vient l’épisode d’Orly qui le surexpose médiatiquement, il en profite pour sortir « Or noir 3 ». Malgré la volonté de revenir à son style principal, à savoir un rap hardcore, les ventes baisse par rapport au projet précédents ( 13 647 exemplaires vendu la première semaine). 

Les fans de la première heures ne le comprennent plus, la critique dit qu’il a perdu du niveau…

Puis arrive 2020, il sort le titre Goulag en juillet sur son propre label OG record lancé la même année. Puis en septembre sort son 6ème album 2.7.0 qui réalise un meilleur démarrage que le précédent (17 221 exemplaires vendus en une semaine ) et avec plusieurs feat tous très diversifié à savoir Bosh, Dadju, Imen Es, Freeze Corleone, Sid 3 éléments, GIMS et Gazo. Ce n’est plus le même Kaaris qui, quelques années auparavant, n’avait pas de soutien de la part de la majorité du milieu du rap, suite au clash avec Booba,  comme il le dit en 2017 sur Skyrock : « aujourd’hui je suis le seul rappeur dans mon coin, quand je balance un truc personne ne like, personne partage, ils restent dans leurs coins parce qu’ils ont peur qu’on leur fasse la gueule ». 

 Cette « peur » que certains rappeur ont d’être boycotter par Booba à été confirmé par d’autres rappeurs tels que Kalash Criminel dans le titre « pronostic » : « Dans ce game ils ont tous peur de Booba, j’dis tout haut ce que les gens pensent tout bas. » . 

Cette ambiance c’est atténué et certains ont prit parti, Kaaris multiplie les collaborations. Le rappeur Sevranais devrait même être présent sur le projet 100% Sevran organisé par Maes et Da Uzi. En effet il n’était pas annoncé au départ et une polémique est apparu puisque Kaaris était le premier rappeur de la ville à avoir connu le succès et les certifications SNEP. 

Cependant Kalash Criminel à tenu à démentir et il serai donc bien présent.

Aujourd’hui il renoue avec son rap originel et à retrouvé son public.

Malgré avoir dit il y a 5 ans dans une interview pour 20 minutes « je ne vais pas rapper jusqu’à 40 ans c’est sur » on doute fortement de cette affirmation puisque il va bientôt avoir 41 ans dans quelques semaines et il n’a pas l’air de vouloir partir à la retraite. En effet Kaaris à annoncer qu’il collaborerai une nouvelle fois avec Therapy sur son prochain projet tout comme il l’a fait sur Or noir et Or noir part.2 mais qui c’était malheureusement arrêté après cette réédition. 

Kaaris à surement préparé une grande année 2020 pour un retour plus fort que jamais.

Anecdotes concernant le rappeur : 

  • Kaaris a été brulé quelques mois après sa naissance dans un accident domestique. 
  • Le hip-hop est une culture que Kaaris à voulu prendre dans sa globalité. Le public le connait pour son rap mais le rappeur c’est essayé au graffiti, au deejaying ainsi qu’au breakdance. En effet il à commencer avec Gabin des Aktuel force (Crew mythique du Hip-Hop en France).
  • Son premier nom de scène Fresh est tiré du film de Boaz Yakin de 1994, Fresh ,avec Samuel L Jackson. 
  • Le cinéma lui a toujours plu, et pour ne pas être cantonné à une seule case de rappeur il a décidé de devenir acteur, on peut d’ailleurs le retrouver dans 5 films : FastLife en 2014, Braqueurs en 2015, Overdrive en 2017, Lukas en 2018 et enfin en 2020 il est présent sur Netflix dans le film Bronx d’Oliver Marchand avec Jean Reno.  
  • En plus de cette diversification de carrière il a lui aussi, comme de nombreux rappeurs, souhaité créer une marque de vêtements : « Jeune Riche » fin 2015. Après avoir été beaucoup affilié à la marque de Therapy (beaucoup de personnes pensaient que c’était celle de Kaaris), il a voulu lancer la sienne. Pour lui, sa marque correspond à une manière de vivre ou de penser. Comme il dit dans une interview pour melty en 2016 : « Le but c’est pas d’être riche ou millionaire, c’est dans sa tête, essayer d’accéder à un nouveau pallier, être frais quoi »
  • En Juillet 2016 nait sa fille, Okou Brooklyn Amra, avec qui il a une relation particulièrement fusionnelle. En effet, c’est avec les vidéos qu’il poste de sa fille et la manière dont il parle d’elle dans les interview que l’on peut apercevoir le coeur tendre du dozo.

Anaïs Borreguero

Leave a Comment