Analyse d’album Hamza – 140 BPM 2

Après avoir démontré qu’il excellait dans la Drill, Hamza revient sur le devant de la scène avec “140 BPM 2” qui fait suite à son EP « 140 bpm » sorti en mai dernier. C’est donc le 5 février que nous avons pu découvrir cet album 100 % Drill qui concrétise l’ascension constante d’Hamza ces dernières années. Le projet compte 13 morceaux dont 5 collaborations de haute volée avec Kaaris, Guy2bezbar, Gazo, Zed et une figure emblématique de la scène Drill UK, Headie one, un pionnier du genre. 

Sur le son “Keke », Hamza nous délivre une performance impressionnante pour un début d’album avec un morceau dynamique et entraînant. Il nous prouve sa maîtrise de la Drill et de ses différentes nuances qu’il exploite à sa sauce. Le rappeur bruxellois commence très fort avec des punchlines telles que : « Et j’ai du rouge sous mes semelles, mais c’est pas des Loubou’, c’est les pénos dans leurs madrеs ».

« Don’t tell », c’est le titre du morceau du Sauce God en feat avec Headie one. Le rappeur nous montre qu’il n’est pas en reste par rapport à la légende de la Drill. Sur une instru aux kicks puissants et à la mélodie mélancolique, Headie one et Hamza répètent la phrase « Don’t tell » pour exprimer leur loyauté à la rue tout en dénonçant les snitchs : “Ça détaille, resell, et j’ai un sac devant l’motel. Dis pas d’blase dans l’phone-tel’, don’t tell, no tell”.

Sur “Spaghetti”, on retrouve une collaboration entre notre Pop Smoke français favori, Gazo (qui vient d’ailleurs de sortir sa mixtape « Drill FR »), et le rookie en plein essor qui nous vient tout droit du 18e arrondissement, Guy2Bezbar, sur un morceau inspiré de la Drill pure avec une instru endiablée de Nico Bellagio, Lucozi et Pierrari, qui sont à l’origine de la plupart de la discographie de Hamza. Cette triple collaboration non seulement sur la production et les paroles offre un banger sans défauts : « J’serai à ton enterrement pour t’montrer à quel point le monde est p’tit. Les boulettes volent, y en a plus que dans mes spaghettis ».

Le dernier son de l’album, “Gang Activity”, clôture le projet sur une note plus douce dans laquelle on peut remarquer l’aisance d’Hamza sur n’importe quel beat, que ce soit une instru frappante ou plus planante. Il y raconte son amour pour l’argent et le charbon, ce qui l’empêche de succomber aux autres distractions et de rester “focus” sur son art : “J’n’ai aucun doute que l’Diable existe, pour les autres, j’n’ai que peu d’estime. C’est c’que j’me dis quand je compte mes briques, dans la tchop avec une badass bitch”. 

Avec cet album, Hamza nous emmène une nouvelle fois dans son univers, mais cette fois-ci, revisité à la sauce Drill sans pour autant surfer bêtement sur la nouvelle tendance. Hamza s’approprie le mouvement et l’adapte à son style tout au long du projet. Il réussit l’exploit de garder sa versatilité sur un projet 100 % Drill sans que celui-ci soit monotone ou ennuyant. 

« 140 bpm 2 » a été bien accueilli puisqu’il cumule 7 854  ventes en fin de première semaine selon la SNEP, dont 7 270 en streaming, 487 ventes en physique et 87 téléchargements. 

On peut facilement parier sur cet album pour lancer la carrière d’Hamza à l’internationale et développer encore plus  sa notoriété en France. 

En attendant un retour d’un mood plus doux et posé, dans lequel Hamza excelle, vous pouvez retrouver « 140 bpm 2 » sur toutes les plateformes de streaming, en version physique et en téléchargement.

Killian Dos Santos

Leave a Comment